-29%
Le deal à ne pas rater :
Sac de transport extensible pour chat et petit chien DADYPET
34.99 € 49.44 €
Voir le deal

 :: Je suis allié.e ou proche :: Être un.e bon.e allié.e Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Guide pour être un·e super allié·e.
Lysandre R.
Messages : 58
Pronoms : iel
Date d'inscription : 17/04/2019
Localisation : France
Lysandre R.
Comment être un·e bon·ne allié·e des personnes intersexes ?

1. Informez-vous.
Vous pensez tout savoir des questions intersexes, être un·e expert·e en la matière ? Vous vous trompez. Les variations intersexes sont multiples, les vécus intersexes sont nombreux et variés tout comme le sont les besoins des personnes intersexes et les enjeux qui y sont liés. Il est donc impératif de s’informer pour devenir un·e bon·ne allié·e des personnes intersexes. 
Est-ce que ça veut dire qu’il faut devenir un·e expert·e, se renseigner pendant des années avant de faire quoi que ce soit ? Non. Mais il est nécessaire et primordial de connaître et comprendre les aspects principaux de l’intersexuation, les principales problématiques auxquelles sont confrontées les personnes intersexes et les revendications majeures que ces personnes portent. Sans cela, vous risquez de colporter des idées reçues quant aux personnes intersexes, ce qui est contre-productif et peut être dangereux.

1bis. Pas d’injonction à la pédagogie !
Dire qu’il est nécessaire de s’informer sur l’intersexuation ne veut pas dire que vous pouvez aller voir une personne intersexe que vous connaissez, ou que vous suivez sur les réseaux, et exiger de cette personne qu’elle vous donne une formation complète et personnalisée ! Les personnes intersexes n’ont pas toujours l’envie ou l’énergie nécessaire pour faire de la pédagogie, et ça peut être très éprouvant de répéter sans cesse les mêmes informations de base. Allez donc chercher par vous-même. Des personnes intersexes ont produit du contenu pédagogique, utilisez-le ! 
Et si après avoir fourni un véritable effort de recherche et d’apprentissage vous ne comprenez toujours pas quelque chose... Allez questionner les personnes concernées. Ce forum a un espace justement prévu pour ça. Utiliser les espaces de pédagogie mis en place par les personnes intersexes vous permettra d’obtenir les réponses à vos questions, et évitera aux intersexes de fournir cet effort quand ce n’est pas le bon moment pour elleux. Tout le monde est gagnant !

2. Écoutez les personnes intersexes.
Vous voulez aider ? Parfait. Les personnes intersexes ont besoin d’allié·e·s à leurs côtés. Les personnes intersexes savent parfaitement de quoi elles ont besoin, donc demandez-leur ce que vous pouvez faire pour aider. Assurer de votre disponibilité, faites connaître vos compétences, puis fiez-vous aux concerné.e.s pour savoir quoi faire.

2bis. Ne donnez pas de conseils non sollicités.
Les personnes intersexes peuvent s’exprimer au sujet de difficultés auxquelles elles font face, de problématiques de santé, de situations intersexophobes... Lorsqu’une personne (qu’elle soit intersexe ou non) s’exprime sur des difficultés récurrentes, elle attend du soutien et de l’écoute, pas de la résolution de problème ! Si cette personne souhaite recevoir des conseils, elle vous en fera part. Sinon, il est inutile de les donner. Les solutions auxquelles vous pensez ont probablement déjà été tentées par la personne, et elle n’a pas besoin de dépenser du temps et de l’énergie à vous expliquer pourquoi elles ne fonctionnent pas. Il est difficile d’assumer son impuissance lorsqu’un être cher vous fait part des problèmes auxquels iel est confronté·e. Néanmoins, c’est à vous seul·e de gérer cela, la personne intersexe qui vous exprime ses difficultés n’a pas à prendre soin de vous à ce moment-là. Et pourtant, croyez-nous : on le fait. On vous protège de nos difficultés, de nos traumatismes. N’en demandez pas plus.
Dans un autre registre, vous pensez que les militant·e·s intersexes ont tort d’employer telle stratégie, de mener telle action ? Les activistes ont déjà probablement tenu votre raisonnement, vous pouvez donc leur demander (au bon endroit et au bon moment) ce qui explique ce choix. N’essayez pas d’apprendre aux activistes intersexes à militer pour leur propre cause : ils le font depuis plus longtemps que vous, ont une meilleure vision de la situation globale que vous et savent mieux que vous ce qui est le mieux pour eux. Respectez leurs choix.
Vous pouvez néanmoins toujours demander s’il y a quelque chose que vous pouvez faire pour aider !

3. Respectez la vie privée des personnes intersexes que vous côtoyez.
Une personne vous a annoncé être intersexe ? C’est que cette personne vous a fait suffisamment confiance, donc soyez-en digne !
Respectez sa vie privée. Peut-être que cette personne souhaitera vous expliquer quelle est sa variation exacte, si iel a subi des maltraitances médicales, des difficultés sociales... Mais peut-être que non. Il ne vous appartient pas de juger de ce qu’il est bon qu’il vous soit révélé ou non. Cela n’appartient qu’à la personne intersexe. Ne posez donc aucune question intrusive, a moins d’y avoir été explicitement autorisé par la personne elle-même. Pas de « mais alors tu as quoi dans ton pantalon ? », pas de « as-tu été mutilé ? », pas de « as-tu vécu du harcèlement ? ». Une personne intersexe n’a pas vocation à satisfaire votre curiosité.

3bis. N’outez pas une personne intersexe sans son consentement.
Si une personne vous a révélé être intersexe, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle accepte de dire à tout le monde qu’elle est intersexe. Cela ne vous donne en aucun cas le droit d’informer d’autre personne de son intersexuation. De la même manière, si la personne vous a informé de la nature de sa variation, des traitements subis, ou de tout autre élément personnel, ne les révélez pas à autrui sans l’autorisation explicite de la personne.
Révéler l’intersexuation d’une personne peut la mettre en danger, notamment dans le milieu professionnel par exemple. Faites preuve de discrétion !

4. Relayez la parole des personnes intersexes.
L’un des enjeux actuels des personnes intersexes est le manque de visibilité. Il est primordial que la parole des personnes intersexes soit relayée. L’information et la sensibilisation du plus grand nombre participent à lever le tabou autour de l’intersexuation, et donc par extension participent à une meilleure prise en compte des personnes intersexes, moins de stigmatisation de ces personnes...
En tant qu’allié·e, vous pouvez partager cette parole autour de vous. Attirez toujours l’attention sur le fait qu’il s’agit des savoirs produits par les concerné·e·s, des demandes des concerné·e·s. Il ne s’agit pas de partager votre point de vue de dyadique, mais bien de transmettre la parole des personnes intersexes. Lorsque vous êtes sur internet, n’hésitez pas à partager les liens vers les ressources produites par les personnes concernées : cela permet de transmettre l’information tout en donnant de la visibilité à la personne elle-même.
(Attention toutefois : lorsque vous avez affaire à un troll ou une personne haineuse, renvoyez la plutôt vers des ressources généralistes, telles que le site du Collectif, plutôt que vers des militant·e·s intersexes. Ces dernier·e·s n’ont pas envie de devenir la cible d’attaques haineuses, ce qui est malheureusement fréquent pour les personnes intersexes visibles, que ce soit sur internet ou IRL.)

5. Utilisez à bon escient votre privilège dyadique.
En tant que dyadique, vous bénéficiez d’un privilège systémique. Cela signifie que vous avez des opportunités qui ne sont pas offertes aux personnes intersexes. En tant qu’allié·e, vous pouvez les utiliser pour servir la cause intersexe.
Par exemple, lorsque quelqu’un tient des propos intersexophobes, un discours pathologisant ou stigmatisant au sujet des personnes intersexes, vous pouvez intervenir et recadrer les choses. En intervenant, une personne intersexe risque de s’outer involontairement, ou n’a tout simplement pas les ressources mentales pour le faire. Profitez d’être dyadique et donc non touché directement par la question pour répondre aux propos faux ou blessant concernant l’intersexuation. Un point bonus si vous parvenez à garder votre bonne action pour vous et à ne pas réclamer de cookies après. Les personnes intersexes n’ont pas envie que vous leur répétiez tous les propos intersexophobes que vous avez entendu à la machine à café, iels ont suffisamment à faire avec ceux qu’iels entendent elleux-même.

6. Rappelez-vous que vous êtes dyadique.
La place d’allié·e est une place qui peut être perçue comme ingrate, mais qui est pourtant extrêmement utile. Ce n’est pas toujours simple de rester dans l’ombre. Mais rappelez-vous toujours que la place la plus difficile, c’est tout de même celle de la personne concernée ! C’est cette personne qui vit l’oppression systémique, qui vit les difficultés, qui porte les traumatismes et les problématiques, qui mène un combat pour ses droits humains. Remettez en perspective cela.
La place de l’allié·e, ce n’est pas devant. C’est à côté de la personne concernée, un pas en arrière. Assurez-vous de ne pas prendre toute la place. Lorsque vous participez à un événement, de vie ou militant, aux côtés de personnes concerné·e·s, renseigner vous en amont sur la place que cette ou ces personnes souhaitent que vous preniez. Et assurez-vous après que la personne a bien vécu la place que vous avez occupée, afin de pouvoir réajuster au besoin une prochaine fois.

6bis. Rappelez-vous que vous êtes dyadique, spécial parents.
Les parents... votre place n’est pas la plus évidente. Vous vous sentez concerné·e de près par la question de l’intersexuation, et pour cause, cela touche votre enfant. Néanmoins... rappelez-vous que c’est votre enfant qui est concerné·e. C’est votre enfant qui est intersexe. Vous êtes son allié·e. Rien de plus, rien de moins.
Prêtez attention à laisser la parole aux personnes concernées, à votre enfant dans un cadre personnel, aux intersexes en général dans un cadre public ou militant. C’est important. Les intersexes sont acteurs de leurs réalités, de leurs combats. Ne les cantonnez pas à un rôle passif. 
Il peut y avoir un sentiment de culpabilité pour les parents de personnes intersexes. Culpabilité d’avoir fait un enfant différent, d’avoir pris de mauvaises décisions, de ne pas avoir été en capacité de protéger l’enfant de maltraitances médicales ou sociales. C’est difficile. Mais ce n’est pas à votre enfant intersexe de porter votre culpabilité. Il est important que vous appreniez à la gérer pour être un pilier stable pour votre enfant, pour qu’il puisse vous questionner sur son passé, vous exprimer ses difficultés, sans devoir vous protéger, vous rassurer, gérer pour vous vos sentiments et difficultés. Au besoin, un professionnel de santé pourra vous aider : il a le bagage et les ressources nécessaires pour vous aider à porter votre histoire. Il peut s’agir d’un psychothérapeute, d’un psychologue, de votre médecin de famille...

7. Connaître une personne intersexe ne signifie pas connaître les personnes intersexes.
Les personnes intersexes sont nombreuses et diverses. Les intersexes n’ont pas tous la même variation, le même parcours, la même expérience, le même vécu, les mêmes besoins, les mêmes revendications. Ne présumez jamais des caractéristiques ou des souhaits d’une personne intersexe sur la base de ce que vous savez d’une autre, et gardez vous bien des généralités. Les personnes intersexes sont avant tout des individus comme les autres avec un vécu et une personnalité propres. Ne faites pas de nous une entité uniforme : cela nie une partie de nos réalités et c’est franchement déshumanisant !
Respectez toujours le regard qu’une personne intersexe porte sur sa variation, sur son vécu. Si une personne vous parle en termes mélioratifs d’une expérience que vous percevez comme violente, il ne vous appartient pas de « lui faire ouvrir les yeux » sur ce qu’elle a vécu. Ne créez pas des traumatismes surnuméraires à vos proches intersexes, respectez nos mécanismes de défense comme nos divergences d’analyse. De la même manière, si une personne intersexe parle d’elle-même dans des termes qui vous semblent insultants ou pathologisants, respectez cela. Il peut s’agir de réappropriation par exemple, et il ne vous appartient pas de juger les mots avec lesquels quelqu’un se sent à l’aise !

8. Soyez attentif aux difficultés spécifiques des personnes intersexes.
Certaines actions qui peuvent vous sembler simples et naturelles peuvent constituer de véritables épreuves pour les personnes intersexes. Lorsque l’on a subi des violences médicales, il peut être compliqué de se rendre chez un professionnel de santé, même pour une problématique anodine. Lorsque l’on a subi une invalidation médicale ou sociale de son corps, toucher ou même regarder son corps peut être douloureux. Lorsque l’on a pas une identité de genre conforme à celle inscrite sur notre état civil, remplir des documents administratifs peut nécessiter beaucoup d’énergie mentale. Ce ne sont que des exemples, les personnes intersexes ont des difficultés variées, propres à chacun, en fonction de leur vécu et de leurs expériences. Le point commun de ces difficultés, c’est qu’elles sont liées à la violence médicale et sociale que subissent les personnes intersexes.
En tant qu’allié vous devez prendre en compte ces difficultés. Rappelez-vous que tout ce qui touche au corps et au monde médical peut représenter un défi pour les personnes intersexes. Ce n’est pas forcément le cas pour tous, mais en y prêtant attention, vous simplifierez grandement la vie aux personnes intersexes que vous côtoyez. Et rappelez-vous que dans une société capitaliste comme la nôtre, il est aisé de se voir uniquement par le biais de ses propres incapacités, de ses manquements. N’hésitez pas à montrer à vos proches intersexes ce qu’ils ont accompli, les obstacles qu’ils ont affrontés. C’est très bénéfique pour l’estime de soi (vous savez, ce truc primordial à la santé mentale et que les médecins piétinent allégrement chez leurs patients intersexes).

--------------------------------------------------------------------------------------

Vous êtes arrivé·e au bout de ce guide ? Félicitations ! Vous avez maintenant les bases pour devenir un·e excellent allié·e des personnes intersexes ! Nous comptons sur vous !
Jeu 2 Mai - 19:36
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: